Kipik

L’histoire de Kipik, personnage méchant et terrifiant, invite les enfants à réfléchir sur les relations dominant/dominé, et prendre du recul sur les terreurs des cours d’école.

Kipik, de Ilaria Guarducci, éditions Talents Hauts

L’avis de Nathalie Le Breton sur Kipik. Est-on méchant par nature ? Voilà le sujet qu’interroge ce livre pour enfant dont le personnage principal Kipik porte bien son nom.

Elevé dans la famille Pikan, Kipik a l’art et la manière d’effrayer le monde par sa méchanceté et son sadisme. Oter les ailes des papillons, enfermer les oiseaux dans un bocal pour les étouffer, chaque jour il invente une nouvelle souffrance à infliger à ses voisins qui, pourtant, se gardent de se frotter à ce personnage repoussant. Car jamais rien ni personne ne suscite l’empathie ou la pitié chez Kipik. Pris dans l’engrenage de la violence, il doit maintenir sa première place sur le podium des plus méchants. Mais un jour, les épines de cette vraie terreur tombent et dévoilent un être bien inoffensif. Difficile, en effet, de jouer les affreux, bêtes et méchants sans armure.

Kipik découvre alors le plaisir d’avoir des amis et de jouer joyeusement. Jusqu’au jour où ses épines repoussent… Chasser le naturel, il revient au galop ? Pas sûr, car il faut aussi se méfier des apparences. Telles sont les différentes morales de ce livre pour enfant qui veut éviter toute approche manichéenne.

On a souvent dit qu’un enfant harceleur avait été un enfant harcelé. A voir. En tous cas, voilà, grâce à cet album jeunesse particulièrement pertinent, une nouvelle focale pour aborder les méchants et la vie, autrement ! De quoi redonner du courage à ceux qui ne sont font pas confiance et aider les autres à rompre avec une posture qui confine à l’isolement voire à l’exclusion. Un album puissant !

Auteur : Ilaria Guarducci

Éditions : Talents Hauts

Thème : harcèlement scolaire, bouc émissaire, école, vivre ensemble, courage, isolement, souffrance

Âge : 3/5 ans

Share This