Dans la lune – Livre pour enfant – Gautier Languereau

Dans la lune – Livre pour enfant – Gautier Languereau

Dans la lune

A tous les enfants dans la lune qui sauront transformer leurs rêves

Dans la lune, de Alice Brière-Haquet et Annelore Parot, éditions Gautier Languereau.

L’avis de Nathalie Le Breton sur Dans la Lune : difficile d’être un enfant dans la lune à une époque où l’on vous demande sans cesse d’être sur le qui-vive, d’être efficace et de réagir vite. Difficile dans une société qui court après le temps. Et qui, finalement laisse peu de place à la différence.

Voilà un livre pour enfant qui permet de prendre le contre-pied et changer de regard et d’exigence sur ces enfants…

Car, qu’on se le dise, ces enfants n’ont pas moins d’intelligence que les autres. Même s’ils peuvent parfois entendre dire régulièrement qu’ils sont nuls et malheureusement s’en convaincre. C’est précisément ce qui aurait pu arriver à Jacques-Etienne. Cet enfant est tête en l’air et à la moindre distraction s’envole vers des ailleurs bien plus agréables que son quotidien d’élève. Tout est alors prétexte pour se déconcentrer : un vol d’oiseaux par la fenêtre, une petite fourmi en vadrouille… et hop oubliés les devoirs ! Evidemment les résultats scolaires s’en ressentent. Jusqu’au jour où une petite fille le ramène les pieds sur terre ou presque car pour elle, il serait prêt à décrocher la lune.

Car oui ! L’histoire est belle et romantique : qu’est-ce que ça fait du bien ! Jacques Etienne a enfin trouvé quelque chose – enfin surtout quelqu’un – qui le motive. Et le voilà à se lancer dans des calculs savants et travailler comme un fou. Ainsi naîtra une montgolfière pour partir à la conquête de la lune et de sa dulcinée. C’est plutôt bien vu.

Ce livre pour enfant célèbre à la fois le droit d’être hors la norme et nous encourage à regarder nos enfants trop tête en l’air autrement. Pour être créatif et refaire le monde, il faut avoir des idées, des envies, des inspirations et cela nécessite du temps et de la concentration.

Auteur : Alice Brière-Haquet

Illustration : Annelore Parot

Éditions : Gautier Languereau

Thème : Vie quotidienne, école ,éducation

Âge : 3/5 ans

L’ogre, l’arbre et l’enfant – Livre pour enfant

L’ogre, l’arbre et l’enfant – Livre pour enfant

L’ogre, l’arbre et l’enfant

Quand une histoire d’amitié nait entre un enfant et un SDF…

L’ogre, l’arbre et l’enfant, de François Aubin, éditions Circonflexe.

L’avis de Nathalie Le Breton sur L’ogre, l’arbre et l’enfant. J’aime la sensibilité voire l’hypersensibilité des livres pour enfant qui ont le don parfois de nous faire tressaillir au plus profond de nous-mêmes et donc de créer, assurément, un terreau fertile entre nous et nos enfants.

L’histoire de cet album, la proximité d’un enfant et d’un SDF, relève d’une approche désormais -malheureusement- presque banale. Mais la fragilité du trait des illustrations apparentée à l’ébauche, l‘unité de lieu et la force du récit sont bouleversantes. On y découvre un jeune enfant à la fois curieux et peureux devant un clochard aux apparences peu avenantes. Progressivement, l’enfant dépasse sa peur pour aller vers cet homme solitaire qu’il retrouve au square à la sortie de l’école. Tout y est dit : la tentation du rejet de cet ogre un peu effrayant. La complicité qui se construit avec le temps autour d’un arbre isolé lui aussi détonnant dans cet univers urbain. La dureté de notre société et la magie d’un regard d’enfant pour réinventer le monde et faire renaître l’espoir… La finesse du trait nous rappelle celle de notre condition éphémère mais aussi la force poétique.

La vie insiste, malgré tout. A nous de la rendre possible et vivable pour tous. Il n’y a pas d’âge pour éveiller les consciences et lutter contre l’indifférence. Et si l’on refaisait le monde ? Les adultes sont parfois blasés. Pas les enfants !

Auteur : François Aubin

Éditions : Circonflexe

Thème : vie sociale

Âge : 6/9 ans

Je veux faire la sieste – Livre pour enfant – Littérature jeunesse

Je veux faire la sieste – Livre pour enfant – Littérature jeunesse

Je veux faire la sieste

Pan pan, dzim boum, paf paf… Pas facile de faire la sieste quand tout le monde s’agite autour de soi

Je veux faire la sieste, de Julia Donaldson et Axel Scheffler, éditions Gallimard Jeunesse.

L’avis de Nathalie Le Breton sur Je veux faire la sieste, un livre pour enfant qui prend le contrepied des opposants à la sieste en réclamant une sieste ! Mais, on le sait bien en tant que parents et anciens enfants, l’esprit d’opposition peut aboutir au résultat recherché sous cape. Choisissez d’imposer aux enfants le contraire de ce qu’au fond vous souhaitez, ils vont choisir l’autre option… Ca ne marche pas à tous les coups mais ce petit subterfuge parental a quand même largement fait ses preuves.

Ce livre astucieux met en scène une petite lapine bien décidée à faire la sieste. Et oui ça arrive ! Malheureusement pour elle, différents bruits l’empêchent de tomber dans les bras de Morphée. Ses copains, tous très actifs, la réveillent à chaque fois qu’elle sombre enfin dans le sommeil. Les jeunes enfants vont avoir grand plaisir à soulever les rabats pour trouver les causes de tout ce raffut. Ils seront surtout trop contents de pouvoir justifier l’inutilité de la sieste. Mais quand on a envie d’un petit somme, rien ne sert de lutter, le mieux c’est de se laisser aller. Et c’est irrépressible. La détermination de cette petite lapine aura peut-être une bonne influence sur vos enfants. Qui sait ? A vous le bonheur de la sieste en famille.

Vous en êtes convaincus ? Moi aussi ! Reste plus qu’à essayer ce stratagème car dans ce domaine mieux vaut avoir plus d’un tour…euh plus d’un livre… dans son sac.

Auteur : Julia Donaldson

Illustration : Axel Scheffler

Éditions : Gallimard Jeunesse

Thème : sommeil, sieste

Âge : 3/5 ans

Je ne te vois plus – Livre pour enfant – Littérature jeunesse

Je ne te vois plus – Livre pour enfant – Littérature jeunesse

Je ne te vois plus

A la mort des personnes que l’on aime, le manque se fait sentir.

Je ne te vois plus, de Paul Martin, éditions Les 400 coups.

L’avis de Nathalie Le Breton sur Je ne te vois plus. Voici un livre pour enfant destiner à évoquer un être cher grâce à tous les souvenirs que l’on a de lui. Face à la mort, les enfants ont besoin de mots. Pas nécessairement pour entrer dans des explications physiologiques ou philosophiques. Mais peut-être juste pour rendre supportable un moment douloureux et donner du sens à la vie.

Il y a de la nostalgie dans cet album tout en sensibilité : la nostalgie de ce qui a été, de ce que l’on a partagé, de ce que l’on a appris ensemble. Peu de phrases, juste l’essentiel sur fond de couleurs légèrement fanées. On peut imaginer qu’il s’agit du décès d’un grand-parent ou d’un proche qui a compté mais que l’on ne verra plus. L’incompréhension, le manque, la tristesse affleure subtilement quand l’enfant égrène ses souvenirs. Mais si l’être aimé n’est plus, il reste ces souvenirs, tous ces petits moments de bonheurs au quotidien symbolisés par des objets qui sont imprimés à jamais chez l’enfant qui grandit : une guitare, des bottes… Et rien qu’à la vue de ces objets, le sourire revient. Et sans doute l’envie de transmettre à son tour, un jour.

Car cet être cher continue de vivre dans nos cœurs et dans nos têtes. Et l’on espère inconsciemment qu’il en sera de même pour chacun d’entre nous. Ainsi va la vie des Hommes…

Auteur : Paul Martin

Éditions : Les 400 coups

Thème : éducation, famille

Âge : 3/5 ans

Je ne te vois plus - livre pour enfant
A bas la lecture – Livre pour enfant – Littérature jeunesse

A bas la lecture – Livre pour enfant – Littérature jeunesse

A bas la lecture

« J’aime pas lire, j’aime pas les livres, je détesterais être un personnage de livre »

A bas la lecture, de Didier Lévy et  Bobi+Bobi, éditions Oskar Jeunesse

L’avis de Nathalie Le Breton sur A bas la lecture. Un livre pour les enfants qui se montrent réticents à la lecture mais qui pour autant ne manquent pas d’humour! Dans cet album, pas de crainte de rejet immédiat par l’enfant !

En effet, ici c’est un jeune chat terriblement fâché avec la lecture qui nous expose ses bonnes raisons de l’être. Entre la fabrication des livres qui cause la mort des arbres, le besoin de se distinguer de sa soeur bonne élève et grande lectrice, le fait de ne rien y trouver d’intéressant et les millions d’ouvrages dans les bibliothèques qu’une vie ne suffirait pas à lire : à quoi bon s’acharner ? Avec une mauvaise foi absolue, notre héros tente de botter en touche. Il faudrait lui trouver des livres sans la lettre « e ». Manque de chance, le livre existe ! Apprendre à lire pour savoir écrire ? Si l’on en croit les résultats des parents à la dictée de Mérimée, ce n’est pas très probant…

Malgré toutes les incitations et les argumentations familiales, rien n’y fait, bien au contraire ! Ce qu’il accepterait, à la rigueur, c’est le bon vieux rituel du soir, quand son papa lui lisait des histoires. À condition qu’il choisisse son livre préféré : celui avec des zombies. De quoi endormir un régiment de papas mais pas nécessairement les enfants.

Cette fois, notre héros est pris au piège car, emporté par le récit, il s’empare du livre sans même y penser.  Qu’importe le sujet ! Tous les messages sont passés y compris du côté des parents car savoir lire n’exclut pas le plaisir de se faire lire –encore- des histoires.

Auteur : Didier Lévy

Illustration : Bobi+Bobi

Éditions : Oskar Jeunesse

Thème :Ecole, éducation

Âge : 6/9 ans

A bas la lecture - livre pour enfant